Guerre d’égo ou rassemblement d’idées par Charlotte Marchandise

Citation de Charlotte Marchandise :

« Guerre d’égo ou rassemblement d’idées

Dans la Vème République, l’élection présidentielle résulte de la campagne d’un homme ou une femme “providentiel-le” et non pas de celle d’une équipe. Une de nos propositions clés consiste dans le changement de constitution pour instaurer un régime parlementaire piloté par un ou une premier ministre, avec des citoyens tirés au sort pour siéger dans les chambres avec des parlementaires élus, comme c’est d’ailleurs le cas dans une majorité des pays d’Europe ou au Canada. Ce serait également une économie de moyens car la campagne présidentielle coûte des centaines de millions d’euros d’argent public (René Dosière estime que le coût global de l’élection présidentielle, en 2012, s’est élevé à 228 millions d’euros, avec 10 candidats en lice. Il avait été de 133 millions en 1995, 200,3 millions en 2002, 210,7 millions en 2007 — “L’Argent de l’État”),

D’autre part, la présidentielle française est un moment violent.
La façon dont se passe le jeu politique aujourd’hui consiste en attaques personnelles et menaces. L’usage veut que l’on se montre, que l’on harangue, les candidats n’ont pas d’autre choix que de se mettre au centre et d’utiliser parfois (trop souvent) un vocabulaire guerrier peu compatible avec mon engagement pour la paix. Dans la campagne de la Primaire, nous échangeons autrement. Plusieurs d’entre nous préfèreraient une campagne collective, voire anonyme mais le système actuel fait qu’il faudra faire émerger un-e seul-e candidat-e et faire campagne aussi sur sa personnalité.
Est-ce que j’en ai envie ? Non, je ne peux pas penser que “la France a besoin de moi”.
Mais est-ce que j’ai envie de voter pour quelqu’un qui tiendrait ce discours guerrier, devons-nous accepter que la campagne présidentielle soit une bataille d’égo ? Non, trois fois non. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *